Quand prendre des vacances n’est pas de tout repos

Quand prendre des vacances n’est pas de tout repos
2 août 2019 Rachel Fleury
Vive les vacances?

Y a-t-il quelqu’un dans la salle qui, tout en étant entrepreneur ou pigiste, réussit à prendre de VRAIES vacances d’au moins deux semaines une fois par année? Si vous faites partie de ces gens qui savent décrocher et laisser le boulot à la maison ou au bureau, surtout, ne changez rien! Et expliquez-nous comment vous faites! 😉

Quand le travail est une passion

Pour Antoine, stratège en marketing de contenu de 36 ans, le travail est une passion: « J’ai 40 idées à la minute, donc pour moi, travailler revient à essayer d’en concrétiser le plus possible et donc, à me vider un peu la tête! » La plupart du temps, comme l’a fait Antoine, les entrepreneurs se lancent dans un domaine qu’ils aiment. Ils transforment même souvent un loisir ou un passe-temps en entreprise; pensez aux créatrices de bijoux, aux réparateurs de vélos, aux microbrasseurs, etc. Tous ont choisi de faire de leur passion un métier. Mais comment décrocher quand notre passe-temps préféré devient notre travail?

La réponse la plus simple serait: trouvez-vous un nouveau passe-temps. Oui… Mais encore? Avec la famille, les amis, la vie de couple, trouver du temps pour soi quotidiennement n’est pas chose aisée, alors en trouver pour décrocher durant 2 semaines (idéalement 3, pour vraiment se reposer) nous apparaît comme une tâche insurmontable! Pourtant, il le faut.

Ne pas savoir s’arrêter de travailler est mauvais pour la santé

Saviez-vous que travailler sans arrêt, plutôt que de faire de vous un super entrepreneur, vous transforme plutôt en un chef d’entreprise irritable, impatient, improductif et moins créatif? En quoi est-ce utile alors de ne jamais faire une pause? Et ça, c’est sans compter toutes les maladies reliées au stress que vous pourriez développer à force de ne pas prendre soin de vous, telles que des maux de tête, des maladies cardio-vasculaires, des infections et même certains types de cancers. Ne serait-il pas plus intéressant de prévenir les ennuis de santé en prenant du repos plutôt qu’en étant forcé de s’arrêter (souvent pour une période beaucoup plus longue) pour se guérir parce qu’on n’a pas su écouter son corps?

Revenons à l’exemple d’Antoine: « Quand j’arrive à prendre 1 semaine complète de vacances, que je décroche, que je ne touche pas à mon ordinateur ni rien, ça me fait du bien. Je sais que 2 semaines, ce serait mieux, mais ça m’apporte trop de stress d’avoir l’impression d’abandonner mes clients durant une si longue période. J’y arriverai un jour, je le sais, mais pour le moment, c’est comme ça. De toute façon, après une semaine, j’ai hâte de reprendre le boulot, de me replonger dans mes mandats, d’utiliser ma créativité dans plein de projets différents. » Comment Antoine pourrait-il faire pour prendre un peu plus de vacances? En les planifiant longtemps d’avance!

Planifier ses vacances

D’abord, il faut choisir le bon moment. Par exemple, dans mon domaine (communication, rédaction, révision), l’été est généralement une période plus creuse. Je sais donc que l’idéal est de m’absenter durant les vacances scolaires. Par contre, pour les travailleurs saisonniers, nul besoin de vous annoncer que votre moment idéal pour prendre des vacances serait plutôt en hiver. Pour les chocolatiers, ce serait en dehors des périodes de fêtes et de congés fériés (Pâques, Noël, fête des Mères, des Pères, etc.). Trouvez le bon moment pour vous et bloquer à l’avance 2 ou 3 semaines dans votre agenda.

Ensuite, le budget. Mon truc? Plutôt que de m’enlever le pourcentage exact dédié aux impôts chaque fois que je reçois un chèque, je retire 5% de plus que je dépose dans mon compte épargne. Comme ça, ni vu ni connu, et au moment des vacances, j’ai une jolie somme à utiliser pour ne pas voyager à crédit!

Parlons maintenant des activités: que faire en vacances? Ce que vous voulez, pourvu que vous arriviez à vous reposer et à décrocher! Vous choisissez d’aller à Disney World avec les enfants? Pas de problème, mais je vous jure que vous feriez mieux de garder plusieurs jours à ne rien faire au retour de ce voyage pour décompresser et… dormir! Parce que revenir au travail plus épuisé que quand on est parti, c’est contre-productif. Si vous n’arrivez pas à le faire pour vous, pensez à vos chers clients qui n’ont pas envie de faire affaire avec un zombie à fleur de peau et en manque de sommeil!

Alors, pensez-vous y arriver? Quels sont vos trucs pour partir en vacances sans culpabilité, surtout quand vous êtes travailleur autonome et n’avez personne à qui confier vos tâches durant votre absence? On veut tout savoir!

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ne ratez rien avec
l’infolettre Colocaux!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.